Skip links

Découvrir son “fil rouge” : Interview de Nicolas Bally

Bonjour à tous,

Après l’engouement généré par le précédent article “Au fait, la stratégie ça sert à quoi ?” que je vous remercie encore d’avoir partagé aussi largement, il me semblait logique de vous présenter à nouveau une personne pour laquelle la stratégie a vraiment changé les choses.

Voici donc Nicolas Bally que j’ai accompagné pendant quatre mois sur sa stratégie d’entreprise. A 21 ans seulement, je vous présente ici un homme qui fait preuve d’une vision sociétale de son entreprise et d’une finesse d’analyse tout à fait étonnantes. J’ajouterai que ce fut un vrai plaisir de travailler avec lui sur cette période car, comme je vous le disais la semaine dernière, voilà typiquement quelqu’un qui a des rêves et qui entend bien les réaliser à travers son entreprise.

Je vous laisse constater tout cela par vous même !

Pour commencer Nicolas, peux-tu te présenter aux lecteurs du blog ?

Pour faire simple, je suis un jeune entrepreneur de 21 ans. Le travail que je fais avec mes clients aboutit à la création d’un site internet, cependant dans ma manière de travailler le chemin compte autant, sinon plus que le résultat.

Je développe des sites pour permettre aux gens de s’exprimer, de partager, tout cela le plus simplement et naturellement possible. Je les conseille, je crée leur charte graphique et développe de A à Z le système leur permettant de gérer et alimenter leur site en utilisant des technologies innovantes, entre autre Ruby On Rails.

J’aime avant tout créer, que ce soit dans le sens habituel du terme, dans la photographie, dans le design, le développement, la création d’objet, de mobilier, d’immobilier (oui oui, il fait tout ça ndlr), mais aussi dans un sens moins courant en créant du sens, des échange, des idées, des rêves…

La nature est ma source d’énergie, d’inspiration depuis mon tout jeune âge. Je suis engagé activement dans une association locale, Le Pic Vert, de presque 600 adhérents qui mène des actions efficaces et concrètes.

Curieux de tout, j’observe, je comprend, puis j’expérimente. C’est quasi systématique. J’aime faire des sites à deux niveaux de lecture :

  • L’un pour le visiteur souhaitant trouver rapidement une information précise.
  • L’autre pour le visiteur qui souhaite passer du temps à s’immerger dans l’univers d’une marque, d’une personne.

Ces sites seront donc comme une belle forêt que le promeneur aime parcourir par le sentier, et où le contemplatif découvrira une statue en prenant le temps de s’écarter de quelque mètres des chemins balisés.

Pour bien connaître le domaine, je sais que tu défends une vision tout à fait innovante et personnelle du web et de son utilisation par les marques. Pourrais-tu nous en parler ?

Effectivement, l’un des premiers points je pense, est que j’apporte plus d’importance au visiteur (sans “s”) qu’aux visiteurs. Un grand trafic ne m’intéresse pas en tant que tel. L’essence du web est l’information, lorsque l’on navigue sur le web on cherche toujours de l’information, qu’elle soit précise, divertissante, étonnante etc…

Je pense donc que les marques ont tout intérêt à créer des sites simples, élégants, avec un message et une identité forte.

Nous sommes tous différent, et avec nos différences nous formons un tout.

Encore aujourd’hui la plupart des sites sont quasi identique (de la même façon que les entreprises qui les demandent et celle qui les créent d’ailleurs). Avec tous ces sites identiques on obtient un rien.

J’aime les sites web qui se différencient des autres, pas juste avec un design original, il peut être très simple, mais avec une cohérence contenu/design/technologie.

Un site internet doit être simple, ça ne veut pas dire qu’il doit être facile à créer, mais un site réussi est forcément un site simple.

Je pense que la course au référencement, encore très à la mode, nous écarte de l’essentiel. Un site avec du contenu riche, intéressant et techniquement propre sera forcément (et naturellement) bien référencé. La question ne doit jamais être “Qu’est ce que Google va penser en venant sur mon site”. Google ne pense pas, il tente de se rapprocher au maximum du mode de pensé d’un visiteur. Je m’efforce donc de raisonner en tant que simple visiteur.

De plus, avec l’engouement actuel pour les réseaux sociaux on revient de plus en plus au bon vieux système du bouche à oreille qui reste le moyen de communication le plus efficace.

Peux-tu maintenant revenir sur ce qu’ont été pour toi, les temps forts de notre collaboration ?

Déjà nous avons passé beaucoup de temps à travailler sur mes valeurs. J’ai beaucoup apprécié cette étape car elle a permis de poser les choses, de mettre des mots sur mes engagements, sur ma manière de penser et finalement sur mon activité au quotidien. Cette étape préliminaire au travail sur la stratégie même de l’entreprise fût déjà très importante pour moi.

Elle m’a permis de (re)découvrir, de définir précisément mes objectif et de savoir pourquoi ils existent.

Ensuite nous sommes passés à la stratégie à mettre en place pour que le futur de l’entreprise colle à la vision et aux valeurs que je souhaite porter, développer.

Le travail sur le positionnement à été de loin le plus fort pour moi. Par nature, j’ai horreur de me limiter, cela a des avantages mais aussi des inconvénient. Je me suis retrouvé à réaliser plusieurs projets de qualité mais que je n’arrivais pas à inclure dans un plan de communication global et cohérent.

En cherchant le positionnement pour mon activité pro, tu as finalement réussi à trouver le fil rouge de tout ce que j’ai pu faire, créer. Mon nouveau positionnement me permet donc de garder la liberté et la curiosité qui me sont chers au sein même de mon activité pro tout en restant cohérent et en ayant une seule ligne de communication.

Je pense qu’en touchant le fil rouge qui relie quasiment toutes mes actions, pro ou perso, on a touché quelque chose de très profond, qui se rapproche du pourquoi je suis là, et pourquoi j’agis.

Et finalement, quels sont pour toi les apports concrets de notre travail sur ton activité et tes perspectives ?

Concrètement c’est très simple, je sais d’où je viens, ou je vais, et la manière dont je vais y aller. Je peux désormais aisément créer des supports de communication cohérents grâce à ce fameux fil rouge et ce fil rouge me permet également d’avoir un référent et un argumentaire pour accepter ou rejeter un nouveau projet. Il me permet désormais de travailler dans un sens précis tout en étant cohérent avec moi même.

Depuis que l’on a identifié la “longueur d’onde” sur laquelle j’étais je commence à attirer de plus en plus de clients, contacts, étant sur la même longueur d’onde.

Des projets ayant vraiment du sens vont pouvoir se concrétiser et ce sera vraiment constructif car toute l’énergie peut maintenant être dédier au projet et non aux concessions et différentes luttes idéologiques.

Nicolas Bally en action

Pour clore cette interview, j’aimerai que tu partages avec nous une maxime qui te tient à cœur et son rôle dans ton quotidien d’entrepreneur.

Les seules limites que nous ayons sont celles que nous nous fixons“.

Très proche du “Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait” (cf. cet article).

Même si il m’arrive parfois de l’oublier comme beaucoup, elle est l’essence même de ma démarche. Dès lors que je souhaite créer quelque chose, ou que je me retrouve face à un problème, je cherche à identifier la limite que je touche du doigt. Puis j’en cherche l’origine, j’énonce une autre réalité et je tente de voir comment seraient les choses si c’était le cas, je les visualise puis je les fait.

Beaucoup ont oublié que pour innover il faut par définition réaliser des choses irréalistes, et donc être irréaliste.

Pensez à Neil Armstrong quand il disait à Grand Père Armstrong qu’il allait marcher sur la lune…

Quand je vous disais que la stratégie sert les rêves ! Merci Nicolas pour ces réponses pleines d’énergie et de sens.

Son site web étant en cours de refonte, vous pouvez joindre Nicolas Bally :

[vc_contact_form label_name=”Nom” label_email=”Email” label_subject=”Sujet” label_message=”Message” label_send=”Envoi” css_animation_speed=”faster” css_animation_delay=”0″ email=”yves.bonis@gmail.com” error=”Veuillez renseigner un email valide s’il vous plaît.” success=”Votre message a bien été envoyé. Merci !”]

Abonnez-vous simplement ici pour recevoir les prochains articles par mail...

Leave a comment

Notifiez-moi des commentaires à venir via email - Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Excellente interview pleine de simplicité et de sincérité. C’est Nico qui m’a fait découvrir ton travail Yves et j’en suis ravie ! Nico est un modèle pour moi dans son travail.

    J’ajouterais que je suis entièrement d’accord pour ce qui est du référencement, d’ailleurs on remarque – avec la mise à jour google panda notamment – que la sur-optimisation est de plus en plus détecté par les algo google, je pense qu’à l’avenir ce seront les sites ayant une certaines éthique et faisant clairement du contenu de qualité qui seront gagnant. Google cherche clairement à privilégier les sites qui pensent avant tout à l’expérience utilisateur. Moi j’ai positionné ma démarche dans ce sens en tout cas.

    Bravo pour cette interview vous êtes des champions! Je file lire l’article précédent!

    Alexandra

    1. Merci de ton enthousiasme Alexandra ! Je suis d’accord avec toi, Nicolas est vraiment exemplaire dans bien des aspects de sa pratique professionnelle.

      L’avenir appartient aux entreprises de valeurs et de convictions, j’en suis persuadé moi aussi. Et en particulier sur le web, c’est clair.

      Bravo pour ta démarche. Je te souhaite qu’elle prenne l’ampleur qu’elle mérite !

      A très bientôt :)

  2. Quelle maturité à un si jeune age ! Je file voir son blog car patientant depuis des mois pour la réalisation de mon site web, il me semble que ce jeune homme pourrait répondre à ma problématique. A moins que je ne doive commencer par vos services Yves ;) ! … A très bientôt certainement aux détours de vos articles passionnants !
    Mariane

    1. Oui Mariane, je suis d’accord, il est tout à fait épatant !

      Quant à commencer par un travail avec moi… n’hésitez pas à venir m’en parler si vous le souhaitez (via le formulaire de contact, c’est l’idéal) ! Vos réalisations me plaisent et de mon côté, c’est la meilleure des entrées en matière :)

      Et que cela se fasse ou pas, je serai ravi de vous retrouver ici ou sur Facebook !

      A très bientôt,

      Yves