Bonjour à tous,

Aujourd’hui, Vegetal Native s’intéresse à un cas proprement épique. Il s’agit d’une course-poursuite effrénée – sur plusieurs millions d’années quand même – entre une fleur et un papillon. Et oui, ce duo traditionnellement si poétique est en réalité parfois acteur de films d’actions !

Vous allez voir que les deux protagonistes sont d’une puissance absolument extraordinaire lorsqu’il est question de vivre. Mais ce n’est pas tout. L’histoire d’aujourd’hui doit aussi vous amener à mesurer l’impact immense d’une course à l’innovation, sur tout un écosystème ! Vous allez voir.

– Vegetal Native : la stratégie de la passiflore

Vegetal Native - PassifloreIl était une fois une jolie liane qui poussait à l’ombre dans les canopées des forêts tropicales : la passiflore. Cette plante, nous la connaissons parce qu’elle fait de superbes fleurs, mais aussi parce qu’une de ses variétés donne le délicieux fruit de la passion.

A ses côtés vivait un superbe papillon. L’héliconius. Ce papillon avait une petite particularité, c’était qu’il ne pondait ses œufs QUE sur des passiflores. Pas à côté, pas n’importe où, mais uniquement sur les feuilles des passiflores.

Les œufs devenant des chenilles affamées, le résultat pour la passiflore était évidemment catastrophique.

Casus belli : les hostilités commencent

La sélection naturelle faisant son office, la passiflore évolua en réaction à cette prédation. Elle se mit à produire des toxines mortelles pour les chenilles d’héliconius. La vie est cruelle ? A voir. Parce que la sélection naturelle n’est pas bêcheuse et joue indifféremment pour les plantes ET pour les animaux.

L’héliconius évolua donc également pour devenir résistant aux toxines de la passiflore. Et reprit ses pontes de plus belle ! Au détriment de la passiflore donc.

Seulement la liane n’avait pas dit son dernier mot, loin s’en faut !

La course à l’innovation se généralise

Elle développa de nouvelles toxines. L’héliconius s’y adapta. Et encore et encore. Ce faisant d’ailleurs, les chenilles d’héliconius absorbant de grandes quantités de toxines sans mourir… devinrent toxiques à leur tour ! Ce qui eut pour effet de décourager la majorité des prédateurs de ce papillon (manger du poison n’enchante personne).

Et c’est là que ça devient fou ! Les papillons d’autres espèces, voyant que les héliconius n’étaient plus mangés… décidèrent eux aussi d’évoluer. Puisque le « look » de l’héliconius faisait fuir les oiseaux… ils adoptèrent une apparence la plus proche possible de lui.

Ainsi, bien que parfaitement mangeables, ils bénéficiaient de la « réputation » visuelle de toxicité de leur modèle et vivaient plus longtemps ! N’est-ce pas un coup de bluff extraordinaire ? Vous vous rendez compte de l’ingéniosité de ces petites bêtes ?!

La passiflore : maîtresse de la stratégie

Mais revenons à notre passiflore. Bien plus maline que nombre d’entre nous, elle comprit que poursuivre sans fin sa course à la toxicité ne menait à rien. Non seulement le papillon trouvait la parade, mais il tournait tous les efforts de la plante à son avantage.

Elle passa à autre chose. Le papillon la reconnaissait à la forme de ses feuilles, puisque les chenilles résistent aux toxines des jeunes feuilles, mais succombent à celles de feuilles matures. Elle décida donc, en fonction des cas, de changer la forme de ses feuilles ou encore de ne pas produire de jeunes feuilles de façon régulière.

Ainsi, soit le papillon ne trouvait plus son support et ne pouvait plus pondre dessus, soit il devait attendre que de jeunes feuilles poussent. Et la passiflore se débrouillait pour mettre tellement longtemps pour produire ses jeunes feuilles, que le papillon mourrait avant d’avoir pondu !

L’héliconius, la revanche du fils contre-attaque

Vegetal Native - Heliconius Sara

Là encore, l’héliconius semblait être en mauvaise passe. Plus moyen de pondre ! De vous à moi, il aurait pu tenter d’aller pondre ailleurs, mais il fit autre chose. Quelque chose de magnifique. Il alla explorer son environnement et découvrit une psiguria, c’est à dire une liane qui a la particularité de produire un grand nombre de petites fleurs très riches en pollen.

Le papillon s’en gava ce qui lui permit d’étendre son espérance de vie (jusqu’à 6 mois). Suffisamment donc, pour venir voir chaque jour jusqu’à ce que la passiflore fasse pousser de jeunes feuilles propices à recueillir ses œufs (j’en reparlerai mais n’oublions pas que les feuilles d’une plante sont essentielles à son développement).

Et voilà ! Problème résolu… ou pas.

La passiflore, fleur de génie

Vegetal Native - Passiflora Caerule

Nous en arrivons à ce stade de l’histoire, à mon tournant préféré. Ils se sont fait la guerre du poison. La guerre du temps. Des privations. Il y a eu déguisement et imitations. Mais alors que l’héliconius semble avoir tout solutionné… la passiflore utilise l’arme ultime (et si un scientifique passe par là, il va me détester puisque, je le rappelle, ni l’un ni l’autre n’ont de cerveau) !

Puisque l’agresseur résistait à tout, trouvait à chaque fois la parade tant il voulait coûte que coûte pondre ses œufs sur des feuilles de passiflore et donner les meilleures chances à sa descendance (qui peut lui en vouloir sur le principe…), il y avait encore un moyen – génialissime de vous à moi – de le décourager.

Comment faire ? Et bien la brillante passiflore développa sous ses feuilles (là où l’héliconius pond normalement), de petites excroissances jaunes imitant les œufs de l’héliconius. Ainsi, le papillon arrivant sur la plante, avait immédiatement l’impression que la place était déjà prise et allait ailleurs.

To be continued…

Pour ce que j’en sais, le duel en est là de son extraordinaire course à l’idée. Rappelons que tout cela s’est déroulé sur un temps très long et qu’une innovation n’a pas forcément chassé l’autre. Dans cette bataille, il faut également préciser que ce ne sont pas moins de 45 espèces d’héliconius et 150 passiflores qui sont nées. Tout cela en quelques dizaines de millions d’années.

– Climax

N’est-ce pas absolument passionnant ? Cette histoire est à la fois haletante, pleine de rebondissements d’idées… et tellement inspirante pour les entreprises de demain.

Ce que j’y vois comme enseignements, tant au niveau collectif qu’individuel est immense. Et voilà pourquoi je vous invite ici même demain pour lire mon analyse orientée stratégie de cette splendide coévolution.

Vous avez ainsi tout le loisir de rester plongés dans ce feuilleton épique comme après un bon film et de partager vos ressentis en tant qu’humains complets et pas seulement en tant que professionnels.

Alors, vous avez lu les aventures de la passiflore ? Ça vaut le coup ou pas ?

Faites-vous connaître, écrivez-moi !
Et recevez les articles et newsletters par ici

Work is always in progress...

Bienvenue