Bonjour à tous,

Aujourd’hui, cinquième jour de la série d’articles Yves Bonis Conseil vu par ses clients, je vais avoir le plaisir de donner la parole à Nicolas Bally. Cela dit et comme chaque jour, je vais commencer par un petit rappel du concept de ces 7 épisodes consécutifs :

J’ai décidé il y a peu de répondre à la question suivante :

Comment Yves Bonis Conseil travaille avec ses clients ?

J’y ai répondu en trois points :

  • Notre éthique commune est mon cadre de référence
  • Leur histoire est ma boîte à outils
  • Leurs idéaux sont mes objectifs

Puis j’ai proposé à 7 de mes clients de réagir à ces trois points en détaillant par écrit leur ressenti et leur vécu pendant et après notre collaboration. Ils ont joué le jeu et m’ont fait le plaisir de rédiger les textes que je suis fier de vous présenter ici sur 7 jours consécutifs.

Voilà. Revenons à Nicolas. Vous avez peut-être lu l’année dernière, une interview ici même qui avait fait sensation. Les fortes convictions et le discours très mûre de ce jeune entrepreneur vous avaient beaucoup frappés. Et il me fait à nouveau le plaisir de venir s’exprimer ici en se prêtant, lui aussi au jeu de ce témoignage sur notre collaboration, inspiré par les trois points que je vous ai présenté plus haut.

Avec Nicolas, c’est l’envie de vivre au quotidien nos convictions qui nous a rapproché. Militant actif pour la préservation de la Nature, ambassadeur d’un web libre et simple d’accès, photographe inventif et « anti-fataliste(s) acharné », j’ai adoré travailler avec lui et l’aider à placer ces valeurs fortes au coeur de son entreprise, pour mieux exprimer toute la qualité de ses travaux.

Je vous laisse avec lui sans plus attendre :

Nicolas Bally

Dès les premiers échanges avec Yves j’ai ressenti qu’il avait une forte éthique. Si je n’en avais pas eu l’intuition je pourrais parler d’une agréable surprise. En effet, dans mon système de croyance les consultants – et plus encore les consultants en lien avec le marketing – n’occupent pas une bonne place. La démarche consiste souvent à trouver le meilleur moyen de « piéger » le client, légalement bien sûr, pour en tirer le maximum de profit.

On sent très vite dans la démarche d’Yves la volonté de respecter son client, mais aussi le client de son client. J’ai exactement la même démarche, et ça me parle. Le but est bien entendu de rentabiliser au maximum son activité mais en communiquant de la meilleur manière sur ce qui est « vrai », authentique, concernant nos produits mais également nous même plus généralement. C’est une éthique qui me parait nécessaire autant moralement que commercialement dans la période économique que nous traversons.

Ensuite, lorsque nous avons commencé à travailler ensemble je me suis aperçu de l’importance qu’Yves accordait à notre histoire personnelle et à la genèse de l’entreprise. Nous avons beaucoup échangé là-dessus et on ressent bien la volonté de « personnifier » l’entreprise, lui donner une âme en quelque sorte, qui colle avec l’essence de celle-ci et ce que nous sommes vraiment.

Dans la définition des objectifs à atteindre il s’agissait bien de définir un idéal vers lequel tendre, et non comme dans la plupart des cas de la définition dès le début d’objectif tronqués, somme de compromis plus ou moins sévères. Il y a bien entendu fallu faire quelques compromis par la suite, mais tout en connaissant le véritable cap de l’activité.

Nicolas Bally a opté comme moi pour une entreprise à son nom. Il est photographe et développe de A à Z des sites web en utilisant « Ruby on rails« , technologie sur laquelle je vous encourage à l’interroger. Elle correspond tellement à sa vision du web, s’en est passionnant (même quand on n’est pas développeur).

Les liens pour le découvrir :

  • Son blog (s’il est un peu nu pour l’instant, il est une belle démonstration technique de la vision épurée et agile du web selon Nicolas Bally – ouvrez-le puis amusez-vous à réduire la taille de votre fenêtre de navigation, vous verrez).
  • Son site de photo (là encore, cousu main par l’artiste).

J’ai promis de ne pas modifier la mise en page des textes qui m’ont été remis, mais j’aimerai mettre en grand cette phrase que j’ai adoré :

« respecter son client, mais aussi le client de son client […] »

Merci à Nicolas pour ces mots et je vous donne quant à moi rendez-vous dès demain, pour le sixième et avant dernier épisode de la série Yves Bonis Conseil vu par ses clients !

Merci à tous !

Faites-vous connaître, écrivez-moi !
Et recevez les articles et newsletters ici

Work is always in progress...

Bienvenue